Sélectionner une page

France Esports se distancie de la Fédération Esports Européenne

France Esports se distancie de la Fédération Esports Européenne
Le 21 février dernier, la Fédération Esport d’Europe a vu le jour mais, sans la France. En effet, la Fédération française n’a pas candidaté pour faire partie des membres fondateurs de l’organisation. Le but de ce projet est de défendre les intérêts communs des organisations esportives d’Europe. C’est une nouvelle qui étonne étant donnée que France Esports a été à la conception du projet. Alors, pourquoi une telle décision de la part de nos voisins ?

La réponse à cette question est simple : les objectifs de la Fédération européenne ne seraient pas clairs et ne correspondraient pas aux attentes de France Esports.

Il y a deux ans, France Esports montrait déjà son envie de rassembler les organisations esportives du monde entier. En effet, un département interne dédié à l’international a vu le jour. Le but de celui-ci était de localiser les associations nationales qui travaillent sur les mêmes enjeux dans le but de collaborer.

L’année suivante, France Esports a rassemblé huit pays durant le sommet international du Dojo Esport, afin que chacun puisse partager l’expérience qu’il a au niveau du développement national. Après cela, c’est l’Allemagne qui a repris le flambeau en organisant en avril 2019 une rencontre entre douze pays afin d’unifier les associations européennes en matière d’esport. Après la France et l’Allemagne, c’est la Suisse qui a organisé une rencontre entre 17 pays dans le but de créer un organe européen commun. Cinq pays ont alors été chargés de rendre ce projet concret : la Belgique, la France, l’Allemagne, Israël et la Russie qui ont formé ensemble l’Establishment Committee. La branche française s’est alors beaucoup impliquée au sein de cet organe. Et c’est bien pour cela que c’est surprenant qu’elle n’ait pas souhaité candidater pour faire partie de l’Esports Europe Federation.

Cela étant, France Esports n’est pas en mauvais terme avec la fédération européenne et reste persuadée qu’un organe européen est indispensable. Elle souhaite prendre un peu de temps pour voir quelles seront les décisions prises au niveau de la EEF en vue peut-être de revenir sur sa décision.

Le communiqué officiel de France Esports

 

Il est vrai que les enjeux sont nombreux pour les différents acteurs de l’esport dans les années à venir tant au niveau économique que social. France Esports fait un pas en arrière mais ne ferme définitivement pas la porte à Esports Europe.

A propos de l'auteur

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments