Restons connectés !

Autres

Les résultats de la Frag-O-Matic 22.0 !

Publié

le

Frag o matic - FOM - 22

La FOM s’est déroulée du 21 au 23 février dernier. C’est la plus ancienne et plus grosse LAN de Belgique. Celle-ci est organisée à Boom en Flandre. Cette année, 924 joueurs ont participé à la compétition!

Les joueurs ont pu s’affronter sur différents jeux dont Counter Strike : Global Offensive, League of Legends, Hearthstone et enfin, Rocket League. Quelques compétitions annexes ont également joué, telles que TFT (Team Fight Tactic), PUBG, Fortnite, etc.

Counter Strike : Global Offensive

Avec la participation de 34 équipes, le tournoi à fait le plein. C’est la nouvelle équipe Sector One qui s’est une nouvelle fois imposée et qui a remporté le cash prize de 2000 euros ! Juste derrière, en deuxième place c’est Vanguard qui repart tout de même avec 750 euros. Sur le podium, nous retrouvons l’équipe Slick Esports qui a empauché 250 euros pour être arrivée jusque-là.

League of Legends

Le tournoi a accueilli 29 équipes. En finale, c’est De Moesbrakende Bakkers qui s’est imposée 3 – 0 face au KV Mechelen et qui remporte donc le cash prize de 800 euros. En demi-finale, c’est Mcon Esports Community qui sort victorieux de son duel face à Vanguard Esports et s’offre donc la troisième place et 150 euros en prime.

Hearthstone

Au total, 20 joueurs étaient inscrits. C’est mCon CptnKitty qui s’est attribué la première place avec un score de 3 à 2 contre à ImInsania et qui repart avec 350 euros. La troisième place revient à NLbouncyknight qui n’a pas démérité en s’imposant 3 à 0 en demi-finale contre SMOrc.

Rocket League

Malgré le format classique du 3 vs 3, seules 9 équipes se sont affrontées pour obtenir la première place. Le duel final opposait la Team Qbyte à la Pepege Squad. C’est la Team Qbyte qui a obtenu la première place avec un beau score de 4 à 0 et qui s’offre un cash prize de 450 euros. Pour finir, en troisième position, nous retrouvons l’équipe Bloemkool Esports.

Continuer à lire
Publicité

Autres

Les nominés des Belgian Esport Awards

Publié

le

par

Les Belgian Game Awards 2021 se dévoilent

Les Belgian Game Awards auront lieu le vendredi 1er octobre prochain. Les nominés dans les trois catégories esport sont enfin connus.

En avril dernier, nous vous annoncions que les Belgian Game Awards débarqueront pour une nouvelle édition dès cet automne. C’est le 1er octobre qu’aura lieu l’évènement en ligne étant donné le contexte sanitaire actuel. Les inscriptions pour y participer se sont achevées à la mi-mai. Nous connaissons enfin les nominés dans chaque catégorie. C’est la Fédération belge d’esport qui organise les eSports Awards.

L’esport au rendez-vous

Cette saison, il y aura trois prix concernant l’esport : l’évènement de l’année, le joueur professionnel de l’année, ainsi que le rookie de l’année. C’est un jury composé d’experts provenant des fédérations belges d’esport qui ont sélectionné les nominés. Le public aura du poids dans la décision finale. En effet, vos votes compteront pour moitié dans le classement final. Il est possible de voter via un formulaire en ligne et ce, jusqu’au 20 septembre. Les nominés sont les suivants :

Evénement esport de l’année 

  • Belgian League (META)
  • Belgian College League (META)
  • Brussels Midi Esports Arena (EGO)
  • Shick’up (Shika)
  • Tarmac Online Sessions (TARMAC)

Rookie de l’année

  • Reinout “E—onel” Schols (FIFA 21)
  • Sammy “iDex” Van De Weghe (Valorant)
  • Richard “PiKaH” Donders (Tekken)
  • Vincent “Slyex” Tobaly (Rocket League)
  • Wyzip (Fortnite)

Joueur professionnel de l’année

  • Maëllo “AztraL” Ernst (Rocket League)
  • Bjarne “Denza” Sleebus (Call of Duty)
  • Kelly “KllyVe” Verhaegen (CS:GO)
  • Houmaid “Takamura” Rabie (Street Fighter V)
  • Raphaël “Targamas” Crabbé (League of Legends)

Les awards traditionnels

Évidemment, d’autres prix plus traditionnels seront également décernés dont notamment, le jeu mobile de l’année, le meilleur studio de l’année ou encore, le jeu le plus attendu de l’année.

Pour découvrir les grands gagnants des BGA21 dans la catégorie esport, rendez-vous le 1er octobre !

Continuer à lire

Autres

Limite de 3 heures de jeux par semaine pour les mineurs en Chine

Publié

le

par

Limite de 3 heures de jeux par semaine pour les mineurs en Chine

Le lundi 30 août, le gouvernement chinois a fait une annonce qui a une nouvelle fois secoué le secteur des jeux vidéo en Chine.

 C’est pour « lutter contre l’addiction des jeunes » que Pékin a pris une décision sévère envers le monde esportif. Désormais, les mineurs pourront jouer uniquement durant le week-end et jours feriés et maximum une heure chaque jour. C’est donc à 3 heures que les jeunes chinois auront droit. En plus de la durée de jeu, l’horaire est également imposé. C’est seulement entre 20 et 21 heures qu’ils pourront jouer.

La santé des jeunes

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement chinois agit en ce sens. En 2019 déjà, les jeunes ont été restreints dans leurs usages des jeux vidéo. Ils avaient droit à une heure et demi par jour durant la semaine, c’était donc nettement moins restrictif. Mais, ils avaient l’interdiction de jouer entre 22 et 8 heures.

Cette décision peut sembler interpellante et pourtant, le pouvoir chinois affirme que c’est pour le bien des enfants que de telles décisions sont imposées. La nouvelle mesure des 3 heures de jeux le week-end est accompagnée d’une autre condition. Chaque joueur devra désormais s’identifier au moyen de sa carte d’identité pour accéder au jeu en ligne. Par ce moyen, les joueurs seront davantage contrôlés.

Conséquences pour les développeurs de jeux

Tencent, le géant chinois, ne semble pas opposé à ces nouvelles mesures et avait même pris l’initiative d’instaurer un système de reconnaissance faciale depuis environ un mois. NetEase, le célèbre développeur de jeux, ne voit certainement pas ça du même œil. En effet, il a vu des conséquences immédiates sur ses finances. Ses actions ont baissé de 4% depuis l’annonce du gouvernement chinois. Tout laisse présager que ces nouvelles décisions auront de lourdes conséquences financières sur l’industrie esportive chinoise.

Continuer à lire

Autres

Williams Racing, l’écurie de F1 investit des millions dans l’esports

Publié

le

par

Williams Racing va investir des millions dans l'esports

L’esport intéresse de plus en plus de monde et c’est au tour de l’organisation de Formule 1, Williams de s’implanter davantage dans le domaine avec un plan d’investissement très ambitieux.

La nouvelle n’a pas vraiment surpris. En effet, Williams, l’écurie britannique de Formule 1, est rentrée dans le monde esportif il y a quelques années déjà. C’était il y a trois ans avec, dans un premier temps, comme terrain de jeu tout ce qui a trait à la simulation de course. Ensuite, l’organisation s’est davantage étendue au jeu Rocket League en partenariat avec la structure Resolve. Mais la structure souhaite aller encore plus loin.

De nouvelles ambitions

Williams voit désormais plus grand et souhaite élargir son activité dans l’esport via l’intermédiaire d’un nouveau plan d’affaire. Concrètement, ils ont pour ambition d’avoir des nouveaux titres esports et d’augmenter la capacité de l’équipe. Actuellement, la team Williams Esport est composée de cinq employés. Ce chiffre devrait selon leurs dires, doubler. Pour mener à bien leurs envies, ils vont investir d’importantes sommes d’argent pendant minimum cinq ans.

Le succès grandissant de l’esport

Lorsque Williams Racing s’est intéressée à l’esport, ils voyaient cela comme un projet. Initialement, ils pensaient que leur équipe participerait à des compétitions exactement comme leur activité Formule 1. Mais leur perception a très vite changé. En effet, c’est devenu une activité à part entière de l’organisation si bien qu’aujourd’hui, une équipe y est entièrement dédiée. Ils se sont très vite rendus compte que l’esport n’est pas « un simple projet marketing », mais bien plus que ça.

Actuellement, ils gèrent d’autres teams, accueillent des évènements et ont même l’occasion d’être diffuseur. Au-delà d’être attirant, l’esport est un milieu plus accessible que le sport d’après Steven English, le responsable esport chez William Racing. De quoi voir les choses en grand.

 

 

Continuer à lire
Publicité

Tendance